Mon parcours au PLIE

<<<<<<< HEAD:wp-content/themes/oneplie/template-parts/content-single.php

Houda est arrivée en France en 2015 pour rejoindre son mari. Elle laisse alors derrière elle son pays, son atelier de couture et doit relever un double défi : s’adapter à ce nouveau pays et reconstruire une situation professionnelle avec des difficultés linguistiques. L’accompagnement PLIE démarre en avril 2017. Houda souhaite naturellement retrouver un emploi de couturière. Après une enquête métier, elle se rend compte que le projet sera difficile à réaliser.
Elle doit alors réfléchir à d’autres pistes, d’autres métiers et oriente finalement son choix vers les métiers de la cuisine.
Après 2 réunions avec des professionnels, elle réalise que ce métier offre des débouchés mais qu’une formation préalable est incontournable. Et c’est ce qu’elle redoute le plus ! Son accompagnateur lui propose une évaluation de niveau avant de se rendre aux tests de sélection. Elle se prépare activement. Son accompagnateur l’entraine pour qu’elle exprime ses motivations à l’oral et à l’écrit.
Elle est finalement sélectionnée parmi tous les candidats. Une étape est ainsi franchie. La formation démarre, alternant entre cours et périodes en entreprise. Le premier stage est particulièrement difficile. Le soutien, les encouragements et les échanges avec son accompagnateur lui permettent de ne pas baisser les bras, et de ne rien lâcher.
Les stages suivants sont plus valorisants et l’encouragent à poursuivre.
Le « gros » stress arrive pour les épreuves générales du CAP : français et mathématiques au programme ! Son accompagnateur est toujours là pour lui prodiguer des conseils et des encouragements : « Ne laissez pas tomber les épreuves générales, faîtes de votre mieux pour prendre tous les points que vous pourrez obtenir. Vous rattraperez votre retard sur les épreuves professionnelles et vous obtiendrez votre diplôme ».
C’est ce qu’Houda a fait ! Et c’est avec une grande fierté qu’un jour de juillet, elle laisse un message à son accompagnateur: «Monsieur Nicolas, je voulais vous dire, j’ai pris le diplôme ».