Sandra Chalinet

sandra-chalinet

Je suis chargée de mission chez Hammerson, une société foncière qui construit et gère des centres commerciaux en milieu urbain. J’ai en charge le projet des Terrasses du Port à Marseille, un centre commercial de 160 boutiques qui ouvrira en 2014 dans le quartier Joliette face à la mer. Nous collaborons avec le PLIE depuis Août 2010, dans le cadre de la « Charte d’accompagnement pour une insertion réussie » signée en 2007 entre les initiateurs du projet, la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers, Euroméditerranée et la Ville de Marseille. Cette charte porte sur trois volets : la bonne intégration architecturale dans l’environnement urbain, la redynamisation du centre ville, et un volet spécifique sur l’emploi et l’insertion. En tant que responsable du projet, il m’a paru tout à fait normal d’aller plus loin en signant une convention avec le PLIE MPM Centre sur ces aspects sociaux. C’était une exigence de notre cahier des charges, mais cela correspond aussi à une volonté de notre groupe, pour laquelle les aspects environnementaux et sociétaux sont incontournables.

Les clauses d’insertion : une pierre à l’édifice de la responsabilité sociétale !

Notre marché de travaux comporte initialement une clause d’insertion qui prévoit de réserver 5% du temps de travail sur le chantier à des postes créés pour des personnes en recherche d’emploi relevant des clauses d’insertion. Le but n’est pas de faire du « recrutement minute », ni du quantitatif, mais de travailler en prévisionnel, sur le moyen et long terme. Le PLIE assure nos besoins en recrutement d’insertion en sélectionnant les profils et en les préparant au poste. De nôtre côté, nous anticipons les besoins en réunissant tous les prestataires afin qu’ils adaptent leur organisation pour intégrer ces personnes. C’est la particularité de notre organisation : nous demandons à tous nos partenaires, y compris nos fournisseurs, d’assurer cette responsabilité avec nous, dans la limite de leurs possibilités. Car il faut évidemment tenir compte de la taille de l’entreprise et de son investissement dans le projet.

Nous voulions que cette démarche soit responsable et intelligente. Il ne s’agit pas d’embaucher en quantité pour un petit nombre d’heures, mais plutôt de permettre aux bénéficiaires de valider une expérience utile pour leur parcours, et aux entreprises de pérenniser des emplois.

Devant la réussite de ce projet, nous avons ensuite décidé d’étendre cet engagement à l’exploitation du futur centre, ce qui n’était pas prévu initialement par la charte d’insertion. Nous préparons l’installation sur la place de la Joliette d’un bureau éphémère dédié à l’emploi, qui pourra accueillir physiquement les demandeurs d’emploi, proposer des postes, et valoriser les candidatures auprès des entreprises partenaires, avec la participation de Pôle Emploi, d’Emergences et de la Mission Locale. Cette installation sera opérationnelle dès novembre 2013.

Il me semble capital de continuer cette démarche après la fin des travaux, pour montrer que ce n’est pas juste le résultat d’une incitation publique, mais aussi une responsabilité de l’entreprise qui profite à tout le monde : le territoire, la population et les entreprises participantes.

L’action du PLIE permet à l’Entreprise de développer sa responsabilité

C’est évident que toutes les entreprises n’adhèrent pas immédiatement à ces clauses d’insertion qui peuvent être perçues comme une contrainte supplémentaire. D’autres ont pu craindre d’avoir à intégrer des personnes n’ayant ni les compétences, ni la motivation et qui pourraient ralentir le chantier. Mais toutes ces inquiétudes se sont dissipées une fois que nous sommes passés à l’action. L’intégration des personnes en insertion n’a pas posé de problèmes, ni en termes humains, ni en termes de coûts. Certains ont même été embauchés en CDI.

Il faut noter que le PLIE et Emergence(s) jouent sur ce point un rôle capital. Ils ont mis en place un accompagnement très efficace pour les employeurs et pour les personnes en parcours d’insertion.. Les salariés en insertion se révèlent, dans la majeure partie des cas, tout à fait opérationnels et compétents.

Pour les entreprises, le PLIE joue aussi un rôle de conseiller, en mettant beaucoup d’énergie dans la pédagogie des clauses sociales. Je ne crois pas que nous aurions pu atteindre ces objectifs sans leurs efforts pour montrer aux entreprises que tout cela était réalisable, et que cela ne pouvait être que profitable pour l’ensemble des partenaires.

Ce genre d’action ne fait que promouvoir la responsabilité sociétale en entreprise. Cela permet de dépasser le stade de la contrainte, pour développer la prise de conscience et encourager l’appropriation de ces questions par les dirigeants. Il faut intégrer l’insertion professionnelle dans le process même des entreprises. Tout comme il paraît normal aujourd’hui de prendre en compte la responsabilité environnementale au travail et dans notre activité quotidienne. C’est un enjeu sociétal de première importance.